Le journalisme scientifique au service du journalisme de solutions : une nécessaire évolution // disponible en ligne

Vidéo

Audio

Résumé

À peu près inconnu au Québec il y a deux ans, le journalisme de solutions fait jaser, et la pandémie le propulse davantage. Antithèse de « if it bleeds, it leads », le journalisme de solutions met de l’avant les réponses concrètes et éprouvées à un enjeu social. Il se tient pourtant loin de la « bonne nouvelle », du portrait d’un sauveur, du remède miracle ou du « héropreneur ». Le récit journalistique porte sur le comment plutôt que le sur le qui. Le journalisme de solutions a ses partisans au New York Times, mais aussi chez des médias locaux qui y voient un moyen de tisser des liens avec leur public. Au Canada, le pionnier, The Tyee, a fait boule de neige et la pratique prend de l’ampleur. The Narwhal, Unpointcinq ou Québec Science, de plus en plus de médias allient journalisme de solutions et couverture des questions environnementales, climatiques et scientifiques. Un mariage évident ?

Dans cette conférence, Amélie Daoust-Boisvert présentera les maillages possibles entre le journalisme de solutions et scientifique, les avantages de cette union et les écueils possibles. Elle résumera également ses projets de recherche en cours sur le sujet, d’une enquête sur l’adoption du journalisme de solutions par les médias canadiens à la création d’un laboratoire de recherche-action avec le magazine Nouveau Projet.

À propos de la conférencière

Les recherches d’Amélie Daoust-Boisvert se penchent sur les journalismes en santé, en science et en environnement, sur les solutions et les innovations basées sur des données probantes en journalisme, sur le journalisme de solutions et les questions féministes, de genre et de diversité dans les médias. Elle a été journaliste au quotidien Le Devoir pendant une dizaine d’années, où elle a entre autres couvert les enjeux politiques, sociaux et scientifiques liés au domaine de la santé. Diplômée de la maîtrise en communication publique de l’Université Laval, elle y a été chargée de cours entre 2009 et 2018. À ce titre, elle a développé le premier cours universitaire de communication et de journalisme scientifiques entièrement en ligne offert en français au Canada. Au cours de sa carrière journalistique, Amélie Daoust-Boisvert a également écrit pour de nombreux magazines en affaires publiques, en sciences, en éducation ou en environnement, entre autres. Elle collabore régulièrement à l’émission Moteur de recherche, sur ICI Radio-Canada Première.

Ce contenu a été mis à jour le 16 novembre 2021 à 11 h 06 min.